Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Moissons 2024 dans la Marne : un début très morose

Moissons 2024 dans la Marne : un début très morose

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Si nous devions caractériser ce début de moissons dans la Marne, elle pourrait se résumer ainsi : un bel état végétatif mais des résultats bien décevants.

Pendant la campagne, toutes les cultures d’hiver (blé, colza, escourgeon…) ont développé des biomasses importantes : un nombre de pieds et d’épis dans la moyenne pour le blé, une floraison plutôt longue pour le colza ou encore un bel aspect végétatif pour les escourgeons.

Des signes initialement prometteurs qui cachent la réalité de l’état des cultures. L’excès d’eau, le manque d’ensoleillement notamment au moment de la floraison des céréales n’encouragent pas à l’optimisme. Difficultés de semis, enracinement superficiel des cultures, maladies… ont jalonné le parcours des agriculteurs pendant cette campagne notamment en Brie.

Autant avant moisson, nous estimions être sur une année plutôt moyenne, autant les premiers retours de plaine sont particulièrement décevants, avec des rendements très hétérogènes. Pour l’escourgeon, ils devraient s’échelonner entre 55 à 75 quintaux (voire 85 pour les plus chanceux) selon que les sols soient crayeux ou limoneux. En comparaison, pour cette culture, la moyenne de rendement avoisine 80 quintaux sur les cinq dernières années.

Outre la quantité, la qualité du grain n’est pas non plus au rendez-vous. Toujours sur escourgeon, le calibrage et le taux de protéines ne sont guère encourageants. Les conditions pluvieuses qui continuent actuellement favorisent la germination des grains sur pieds et contribuent à minimiser le résultat de cette moisson.

Pour le colza, les premiers échos sont alarmants avec 10 à 15 quintaux de moyenne.

Au regard de ces premiers retours, la moisson 2024 s’annonce au mieux dans la moyenne pour les cultures en terres de Craie mais en net retrait pour les secteurs de Brie, Tardenois, Argonne ou encore Vallage. Hétérogénéité et déception seront certainement les maîtres mots de cette moisson.

 

Chambre d'agriculture de la Marne