Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Micro-doses et OAD : la combinaison gagnante

Micro-doses et OAD : la combinaison gagnante

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Trois ans d’existence et déjà des résultats probants pour le groupe 30000 du Plan Ecophyto II « Gagnons en indépendance face aux fongicides », animé par la Chambre d’agriculture de la Marne. Le dernier bilan de campagne est prometteur !

Constitué de 10 agriculteurs, tous situés dans le secteur sud-ouest marnais, le groupe « Gagnons en indépendance face aux fongicides » est né sous l’impulsion de la Chambre d’agriculture. Tous avaient un objectif commun : réduire de 50% leur IFT fongicide (Indice de Fréquence de Traitement) par rapport à la référence territoriale, sur leurs céréales.  

Trois ans après la création du groupe, tous les exploitants ont atteint cet objectif grâce à une combinaison gagnante ! La technique des micro-doses fongiques (produits utilisés à 10% de leur dose d’homologation) avec le modèle Optiprotect, qui permet de positionner efficacement son premier traitement contre la septoriose.

Comme nous montre le graphique 1, l’IFT Fongicide moyen du groupe sur l’ensemble des céréales est de 0.64 en 2019, inférieur à l’objectif fixé à 0.75. Le partage d’expérience ainsi que l’accompagnement par la Chambre d’agriculture de la Marne ont permis aux agriculteurs de prendre confiance en ces techniques… cela fait deux ans que leur IFT fongicide est stabilisé, et qu’ils réalisent de réelles économies.

Bilan de la performance du groupe en 2019

Trois ans d’expérimentations et de réelles économies

A partir du graphique 2, nous observons la réduction de l’IFT fongicide sur le blé en trois ans. Le groupe est ainsi passé de 1.50 en 2016 à 0.74 en 2019. Parallèlement, on constate une réduction des charges fongicides, de 70 euros/ha à 30 euros/ha en moyenne en 2019.

Voici une rétrospective des trois années du groupe :

  • 2016, l’année du diagnostic, fut très humide. Le risque de développement des maladies étant très élevé, la protection fongique fut plus soutenue engendrant un IFT de 1.5.
  • 2017 fut une année avec une moyenne pression en maladies, dont de l’oïdium en début du cycle et de la septoriose. L’IFT moyen du groupe fut de 1.16.
  • 2018 a été une année sèche, à faible pression en maladies. Les agriculteurs du groupe ont été plus nombreux qu’en 2017 à avoir réalisé deux traitements en micro-dose, adaptant ainsi au maximum leurs pratiques fongiques aux conditions de l’année. C’est également la première année d’utilisation du modèle Optiprotect par les membres du groupe. Toute la difficulté résidait dans la combinaison entre les deux techniques : l’OAD Optiptrotect et les micro-doses. Ainsi, le groupe a atteint en moyenne un IFT très bas en 2018 : 0.64, en dessous de l’objectif fixé.
  • 2019 fut une année avec une faible pression en maladie, proche de celle de 2018. Les agriculteurs se sont familiarisés avec la combinaison des micro-doses et du modèle Optiprotect. Ils ont gagné confiance en la technique et ainsi oser dans leurs pratiques. L’expérience a donc commencé à se faire ressentir, et l’IFT s’est stabilisé autour de 0.74. L’IFT minimal du groupe était de 0.45, illustrant la pratique suivante : Sportak 0,1 + Librax 0,2  / Prosaro 0,15 + Sportak 0,1 + Biofix 0,1 ; Contre un IFT maximal de 1.13, correspondant à Soufre / Meltop 0,36 / Prochlosun 0,2 + Librax 0,3.

Bilan pluriannuel de la performance du groupe sur blé

Des techniques alternatives explorées

Durant ces trois années, les agriculteurs du groupe ont également exploré d’autres techniques alternatives dans le cadre d’une formation, et de conduite d’essais en micro-parcelles : les huiles essentielles, le biocontrôle, les préparations naturelles peu préoccupantes… et c’est encore un vaste terrain à découvrir !

Tous s’accordent à dire que le groupe joue un rôle important dans l’acquisition de références techniques et dans la capitalisation des expériences, surtout dans le contexte actuel : réduction du nombre de molécules chimiques, pression sociétale, transition agroécologique, séparation de la vente et du conseil. Alors quelle suite est à donner à ce groupe ?  Ils sont tous désireux de poursuivre sur trois années supplémentaires afin d’apprécier l’évolution du groupe sur un temps plus long, en s’affranchissant de la variabilité interannuelle des conditions climatiques.

Zoom sur Optiprotect